Tandem + , Architecture et urbanisme Nord Pas de Calais

Cabinet d'Architectes et d'Urbanistes dans Nord Pas de Calais situé à Lille

Cité du Pinson, Raismes

Architecture / Logement

Mission

Concours 2014 – Non retenu

Maître d'Ouvrage

Maisons et Cités/Soginorpa

Partenaires

Ingérop (bureau d’études TCE)
SL.2EC (économie de la construction)
Zeppelin (paysagistes)

Surface

4367 m2 (SHAB)
4770 m2 (SU) (garages pour 37 logements)

Montant travaux

5 237 460 € (HT) - Constructions
444 000 € (HT)- Aménagements parcelles privées
349 000 € (HT) - Aménagements espaces publics

Projet de construction de 53 logements individuels, locatifs sociaux, Cité du Pinson à Raismes. Le projet prévoit la réalisation de 10 logements de type T5, 31 logements de type T4 et 13 logements de type T3. 39 logements comportent des garages intégrés à la construction.

Les particularités d’un site

Le site d’étude profite d’un environnement paysager et écologique exceptionnel : à la fois par la présence de la forêt domaniale de Raismes-Saint-Amand-Wallers, enveloppant complètement le quartier de sa lisière arborée ; ainsi que par le boisement et les plantations existants sur la parcelle apportant de la valeur aux lieux.
La morphologie du quartier présente également de nombreux atouts. Au- delà, des cités remarquables inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco (Cité Sabatier et Cité-jardin du Pinson), l’environnement immédiat du site d’étude, s’est constitué d’une part, sous la forme de petites unités de voisinages regroupant quelques pavillons en impasse, et, d’autre part, par des constructions, souvent plus récentes, accompagnant le tracé des voies.

S’inscrire dans le paysage

De ce double constat porté sur le paysage et sur la morphologie urbaine du quartier, nous en avons tiré un parti : celui d’occuper densément la périphérie du site, profitant de la qualité d’adressage offerte par la présence de la forêt alentour, et celui d’investir le cœur d’îlot sous une forme plus libre, s’adaptant aux arbres existant.

Les maisons de ville en périphérie

Il s’agit d’offrir à une grande majorité des logements des vues sur la forêt de Raismes, qualité majeure du site tout en apportant de l’urbanité et de la qualité à l’espace public.
Une couronne bâtie est ainsi constituée, disposant le long de la rue de la Fontaine l’Ermite, un maximum de logements familiaux (T4) sous la forme d’une série de logements en bandes. Assemblés par groupes de 2 à 6 logements, leurs implantations et leurs orientations différentes (évoluant en fonction du tracé de la rue) concourent au séquençage et au rythme du projet.
Cette architecture est en brique de teinte rouge, inscrivant durablement le projet dans l’ambiance du quartier et l’histoire des lieux. Cette qualité de matériau, appliquée à l’ensemble du bâti, apporte tout à la fois de la pérennité aux ouvrages, de la « stature » au logement et une identité forte à l’ensemble de l’opération.

Les villas en cœur d’îlot

Le cœur d’îlot est en contraste vis à vis de la périphérie et constitue une invitation à pénétrer vers l’intériorité de la parcelle. Au moment où s’envisage, sur ses deux côtés, l’urbanisation de la rue de la Fontaine l’Ermite, le centre de l’opération devient le lieu propice pour fabriquer du lien social et installer de nouveaux usages à l’échelle du quartier. C’est à cet endroit que demain, les enfants vont jouer et les habitants se rencontrer dans des espaces apaisés et sécurisés.
L’organisation intérieure profite des qualités spatiales et des plantations déjà présentes. La partie la plus généreuse et en retrait de la parcelle est aujourd’hui occupée par un boisement. S’il ne présente pas de qualité particulière (sujets ou essences remarquables), il a en revanche le mérite de constituer un « déjà-là », dégageant une ambiance à partir de laquelle composer.
A la différence des maisons en front à rue, dont l’urbanité et l’intégration dans l’environnement du projet ont été recherchées, ce qui se passe en cœur d’îlot est volontairement contrasté et pensé dans son rapport à la nature et aux allées intérieures.
Dans cet environnement protégé de la rue, où le paysage joue les premiers plans, où l’ombre des arbres sur les façades est déjà une première vêture, et alors que la volumétrie générale des villas est déjà source d’identité, nous avons fait le choix d’une matérialité sobre. Les façades sont traitées en en- duit de teintes claires, un jeu chromatique subtile nuançant chaque villa par rapport aux voisines.

Tous droits réservés à tandem+ architecture plus urbanisme • DesignDevelopment